Le Savoir-Vivre

Le Savoir-Vivre

La Rubrique - Connaître Son Corps


26.04.2009 - L'Hygiène Féminine : Hygiène intime et femme active

La Rubrique – Connaître Son Corps :

 

Hygiène Féminine :

 

Hygiène intime et femme active

Travail, enfants, tâches ménagères...Les journées d'une femme active sont bien remplies et laissent peu de temps pour s'occuper de soi. A force de courir partout, on ne se sent pas toujours très fraîche. Quelques petits conseils d'hygiène intime peuvent vous aider à retrouver confort et bien-être tout au long de la journée.

Entre le travail, les enfants et les tâches ménagères, vos journées sont bien remplies. Avec toutes ces activités, vous avez parfois l'impression de ne pas vous sentir toujours fraîche. Quelles règles d'hygiène intime suivre lorsque l'on a peu de moments pour soi ? Doctissimo vous répond.

Hygiène intime et femme active

Une à deux toilettes par jour suffisent. Il est conseillé d'utiliser des produits spécialement adaptés aux zones intimes car ils respectent votre équilibre génital. Le corps possède ses propres défenses naturelles. Lavages excessifs et produits agressifs risqueraient de perturber votre flore vaginale, créant ainsi des conditions favorables au développement de germes. Pour la même raison, les douches vaginales sont à proscrire.


Que faire tout au long de la journée ? Des protège-slips quotidiens existent, mais il ne faut pas en abuser car les matières synthétiques encouragent l'apparition des mycoses et des germes. De plus, ils favorisent l'humidité et la macération. Il faut donc les changer aussi fréquemment que possible. Vous pouvez aussi utiliser des lingettes intimes, mais prenez bien soin de vous sécher délicatement après usage afin d'éviter l'humidité. Pour permettre une meilleure aération et minimiser la transpiration, mieux vaut préférer les sous-vêtements en coton la journée. Gardez la lingerie sexy, mais pas toujours confortable, pour les moments à deux !

Prévenir les irritations et les problèmes intimes

Certaines situations favorisent le développement de bactéries. Afin d'éviter les irritations et les infections génitales, il suffit de suivre ces quelques conseils élémentaires. Les vêtements serrés, les collants ou encore les strings favorisent les frottements. Si vos zones intimes sont sensibles mieux vaut les éviter. Et puis, la priorité est de se sentir à l'aise tout au long de la journée !

Se laver les mains régulièrement permet également de prévenir les infections. Par ailleurs, lors du passage aux toilettes, prenez soin de toujours vous essuyer d'avant en arrière (de la région génitale à la région anale). En effet, certaines infections sont dues à des germes provenant du système digestif et de la région anale.

Source : Doctissimo

 


26/04/2009
0 Poster un commentaire

05.07.2008 : La Rubrique - Connaître Son Corps : Mes règles n’apparaissent pas… Que faire ?

La Rubrique – Connaître Son Corps:

Mes règles n'apparaissent pas… Que faire ?

                                                                                

Ah les femmes ! Il fallait encore qu'elles

trouvent un moyen de se faire remarquer !
Elles ont trouvé un truc qui

se déclenche tout seul et qu'elles

attendent généralement tous les 28 jours.

Elles appellent ça « les règles »

ou « menstruation ».

Allons donc découvrir le phénomène

28 jours ou plus ! Cela variera d'une femme à l'autre selon que son cycle soit plus long ou court. Pas toujours agréable ! On ne les aime pas particulièrement parce que plutôt gênantes. A l'adolescence, elles peuvent être généreuses, douloureuses, abondantes, et même carrément empoisonnantes. Elles ont par ailleurs le chic de venir au moment où on ne les attend pas forcément. C'est alors la panique car, en cours, pour les plus jeunes, ou au cours d'une superbe soirée, c'est la catastrophe !


Pour les plus âgées, imaginez une absence de contraception, un retard est vite arrivé !

Raison pour laquelle, il vaudrait toujours mieux prévenir que guérir. Un préservatif dans une poche ou, au fond d'un sac, n'est jamais de trop !
Des questions, on s'en pose très souvent. Surtout, si toutes vos copines les ont déjà et pas vous ! Quelle galère ! Il va encore falloir attendre. Voici donc quelques éclairages.


           
Vous êtes vierge et vos règles

       ne sont pas encore arrivées :

Pas de panique ! Si vous n'avez jamais eu de rapports sexuels, vous ne pouvez pas être enceinte. Ce qui signifie que le problème est ailleurs.
Vous vous protégez à chaque rapport mais, vos règles sont en retard :
Le préservatif est indispensable pour éviter les infections sexuellement transmissibles : le sida bien évidemment et des grossesses non désirées. Pourtant, sachez qu'il peut toujours avoir un hic : un préservatif périmé, troué pour cause de mauvaise manipulation sinon, pour cause de mauvaise conservation. Aussi, mis trop tard ou retiré trop tôt, la capote permet aux spermatozoïdes d'avoir la voie libre. Alors, gare à la catastrophe ! Mal posé, le condom peut glisser ou se percer, entraînant les mêmes effets. Par précaution donc, et pour vous rassurer, effectuez trois semaines après le ou les rapports présumés fautifs, un test de grossesse.


           
Sous pilule, mais j'ai du retard :


Si vos règles vous paraissent en retard, c'est peut-être parce que la contraception a mis fin à votre cycle en provoquant un écoulement de moins en moins abondant et parfois même de moins en moins fréquent. Mais, retenez que si le risque de grossesse est presque inexistant, il ne l'est pas complètement. Par prudence, il vaut donc mieux, surtout en cas de nausées, ou en cas de vomissements, faire un test le plus tôt possible. Autre point important, si vous avez un retard prolongé qui n'a aucune conséquence néfaste sur votre métabolisme, il vaut mieux attendre le retour spontané des règles.

Vous avez déjà du retard et vous avez eu une

 relation sexuelle non protégée :


C'est un risque ! Notamment en ce qui concerne les infections sexuellement transmissibles d'une part et, d'autre part, si vous ne désirez pas de grossesse. Il est fortement probable dans ces cas là que vous soyez enceinte surtout si vous êtes encore très jeune car, plus on est jeune, plus on est fertile. Mais, n'oubliez pas que pour avoir une vie sexuelle correcte, il est préférable de la démarrer le plus tard possible. Ensuite, n'hésitez pas à vous faire dépister afin de détecter d'éventuelles infections ou maladies sexuellement transmissibles.


       Perte de poids et arrêt des règles :


Une importante perte de poids peut provoquer l'arrêt des règles. C'est un signe de dérèglement de votre organisme. Signe que votre corps souffre pour une raison précise. Il s'agira soit : de carence ou, d'excès de ci ou de ça. Dans ce cas précis, consultez immédiatement un médecin. Parfois aussi, le mental influe sur votre corps. Un accident, un deuil, un échec, une déception amoureuse ou même l'éloignement trop brusque d'un être cher qui laisse sans nouvelles, peuvent interrompre momentanément les règles.


       Des règles irrégulières :


Depuis que vous les avez, elles n'arrivent jamais à la date prévue. Si vous les avez depuis moins de trois ans, attendez de les atteindre pour vous faire une idée définitive car, trois ans, c'est souvent le temps qu'il faut avant d'avoir des cycles réguliers. Avant ces trois ans, les cycles peuvent être très longs et jouer au « yoyo ». Le corps doit donc trouver son rythme. Patientez et ne paniquez surtout pas ! Au bout de ces trois années, si votre cycle continue à être trop long par rapport à la moyenne ou irrégulier, consultez un gynécologue !

Plus d'inquiétudes à se faire, mais plutôt des conseils à appliquer, ok ?!

Source :Gaboneco

 


05/07/2008
1 Poster un commentaire

14.05.208 : La Rubrique - ConnaîtreSon Corps : 6 - La Taille du Sexe : L'Obsession de la Dimension

La Rubrique – Connaître Son Corps :

6 - La Taille Du Sexe

L'obsession de la dimension


 

Selon les spécialistes, environ 25 % des

hommes qui consultent pour un problème sexuel se plaignent de la taille de leur pénis.

Une angoisse qui remonte à

 l'enfance et qui peut «pourrir» leur

vie sexuelle, alors que la

quasi-totalité d'entre eux a un

sexe de taille parfaitement normale.


Quelle que soit leur orientation sexuelle, les hommes s'interrogent sur la taille de leur sexe. Pourtant, il y a rarement de quoi paniquer.

     Un peu d'histoire…


Les gros pénis n'ont pourtant pas toujours fait rêver les hommes. Au contraire, pour les Grecs, un homme viril devait être doté d'un petit sexe. Pour Aristote, un organe trop long était même synonyme de stérilité ! Aujourd'hui encore, chez les Amérindiens Desana-Tukano, en Colombie, seuls les hommes dont le sexe a «la taille d'un colibri» peuvent accéder à un statut socialement valorisant. Toutefois, en Occident, l'homme associe fréquemment la taille de son sexe à son énergie sexuelle — voire même à sa valeur en tant qu'«homme» —, même si cela n'a pas lieu d'être. Le pénis se développe jusqu'à la fin de la croissance du garçon. Inutile donc de s'affoler ou de faire des comparaisons entre adolescents : il faut attendre 17 ou 18 ans pour juger de sa taille définitive ! Et même là, la croissance du pénis n'arrête pas complètement. Évidemment, bien que les études abondent, elles ne mesurent pas nécessairement la même chose : queue flaccide et étirée, pénis au repos, membre en érection. Les résultats en sont forcément différents et ont de quoi semer le trouble ! De toute façon, les enquêtes répétées présentent quelques variations, qui restent toutefois assez faibles. 

      
Des chiffres ! Des chiffres !


Quoi qu'il en soit, comme les hommes sont grands ou petits, chaussent du 9,5, du 10 ou du 11, leur sexe est de forme et de taille différentes. Ainsi, si la moyenne de la longueur de la verge au repos (non étirée) est évaluée fort précisément à 10,84 cm (4,267 pouces) — selon une étude menée sur 189 hommes consultant dans un centre pour dysfonction sexuelle, publiée dans Le sexe de l'homme, R. Virag —, ce chiffre ne doit pas être interprété seul : il faut tenir compte de l'écart-type, qui permet de réaliser un intervalle de normalité bien plus proche de la réalité masculine. Dans cette étude, l'écart-type est de 1,32 cm (0,519 pouces). Ce qui signifie que les deux tiers des pénis sont situés entre 9,52 cm (3,748 pouces) et 12,16 cm (4,787 pouces). En érection (même étude), on constate que la moyenne est de 15,11 cm (5,948 pouces), et que les deux tiers des verges se situent entre 13,33 cm (5,248 pouces) et 16,89 cm (6,649 pouces). Le tiers restant se situe au-dessous ou au-dessus. Quant à la circonférence moyenne du pénis, elle est de 12,8 cm (5,039 pouces) avec un écart type de 2,5 cm (0,984 pouces), donc les deux tiers des queues se situent entre 10,3 cm (4,055 pouces) et 15,3 cm (6,023 pouces) de circonférence. En résumé, voici quelques références, qu'il ne faudrait pas prendre au pied de la lettre ! Attention, ces chiffres concernent des pénis en érection !

8 cm (3,149 pouces) : en dessous de cette taille, on parle véritablement de micropénis. Cette situation ne concernerait que 3 % des hommes. On peut alors intervenir, soit avant la puberté soit après, pour allonger le pénis.


15 cm (5,905 pouces) : c'est la moyenne européenne et nord-américaine (15,11 cm exactement)

22 cm (8,661 pouces) : c'est le calibre officiel de l'acteur italien de film porno Rocco Siffredi

45 cm (17,7 pouces) : le «plus long sexe du monde», mesuré dans les années 70, appartenait à l'acteur jamaïcain Long Dong Silver. Il s'agirait, paraît-il, uniquement d'un coup publicitaire pour vendre des films porno ! La longueur réelle se situait en dessous.


D'ailleurs, s'il faut en croire certains spécialistes de l'industrie, la majorité des mesures avancées par les studios de films pornos gais seraient rarement exactes…

Source : Fugues


14/05/2008
7 Poster un commentaire

20.04.2008 : La Rubrique - Connaître Son Corps : Gardez vos seins au top niveau

La Rubrique - Connaître Son Corps :

Gardez Vos Seins Au

Top Niveau

Avoir une belle poitrine n'est pas réservé aux seules stars de cinéma. Vous pouvez, vous aussi, y prétendre en tonifiant et en musclant harmonieusement votre buste grâce à des exercices de gymnastique étudiés, faciles à exécuter, pratiques et vraiment efficaces. Il ne tient qu'à vous de sculpter vos pectoraux pour conserver ou vous forger des seins de rêve.

 

 

Vous pouvez réaliser ces exercices chez vous, dans votre appartement ou même en voyage, dans votre chambre d'hôtel. Alors, terminées les contraintes d'horaires imposées par les clubs de remise en forme et finies aussi les bonnes raisons de ne pas les faire…

 

Avant de commencer, petit rappel anatomique

 

Les seins sont des organes glandulaires destinés à l'allaitement du nouveau-né. Esthétiques, ils sont aussi un stimulateur sexuel. Les seins sont soutenus par les tissus et plus particulièrement par l'aponévrose du grand pectoral (tissus qui recouvrent le muscle grand pectoral) et les fibres conjonctives qui relient la peau. L'ensemble repose sur les grands pectoraux situés au niveau du thorax. Mais ceux-ci n'ont aucune action de soutien de la poitrine.

 

Comment maintenir votre poitrine pendant l'activité physique ?

 

Il est absolument indispensable d'assurer le maintien correct de votre poitrine par un soutien-gorge adapté confortable et efficace.

Il est recommandé de le choisir en coton. Les bretelles doivent être larges pour ne pas blesser les épaules. Les armatures doivent être exclues car elles peuvent causer des traumatismes mammaires. Le bonnet doit englober et recouvrir suffisamment le sein.

 

Quel matériel utiliser pour optimiser vos résultats ?

 

Pour effectuer correctement et sans douleur l'ensemble des exercices au sol, le tapis de gymnastique est idéal.

L'utilisation de petits haltères lors de vos séances d'entraînement est un plus. Ils permettent un travail approfondi et garantissent des résultats tangibles.

Un banc de musculation permet de varier les angles de travail, c'est-à-dire la position horizontale, l'inclinaison et la déclinaison. Lors de l'exécution des différents exercices, un banc, par rapport à un travail au sol, permet une meilleure contraction. Plus les coudes sont bas, meilleure est la contraction.

 

Voici votre programme d'entraînement en quatre exercices complémentaires.

 

Exercice numéro 1 : écartés - couchés avec petits haltères

 

(tapis de gym ou banc de musculation horizontal)

Position de départ : allongé sur le dos, bras tendus à la verticale, haltères en mains.

• Tapis de gym : gardez les jambes fléchies, pieds au sol.
• Banc de musculation : gardez les jambes pliées sur la poitrine pour éviter la cambrure.

Exécution de l'exercice : réalisez un écart latéral des bras par une descente contrôlée, les bras légèrement fléchis en ouverture en inspirant. Relevez les bras à la verticale en expirant. L'effort est localisé essentiellement sur les pectoraux. Il favorise l'ouverture thoracique.

Quatre séries de 20 répétitions. Repos 45 secondes entre les séries.

 

Exercice numéro 2 : Le pull-over avec petits haltères

 

tapis de gym ou banc de musculation horizontal)

Position de départ : allongé sur le dos, un seul haltère pris entre vos deux mains, les bras tendus, le bord de l'haltère reposant sur les paumes, pouces et index enserrant la poignée.

• Tapis de gym : jambes fléchies, pieds au sol.
• Banc de musculation : jambes pliées sur la poitrine, pieds croisés.

 

Exécution de l'exercice : effectuez une descente des bras contrôlée derrière la tête en inspirant puis ramenez l'haltère devant vous à la verticale au milieu de la poitrine en expirant. Cet exercice développe le grand pectoral en épaisseur.

 

Quatre séries de 20 répétitions.

 Repos 45 secondes entre les séries.

 

Exercice numéro 3 : Le développé - couché avec petits haltères

 

(tapis de gym ou banc de musculation horizontal)

Position de départ : allongé sur le dos, mains face à face en semi pronation et tenant les haltères, bras tendus verticalement.

• Tapis de gym : jambes fléchies, pieds au sol.
• Banc de musculation : jambes pliées sur la poitrine, pieds croisés.

 

Exécution de l'exercice : descendez, en inspirant, les haltères jusqu'au niveau de la poitrine en fléchissant les coudes puis en expirant, poussez vers le haut les deux haltères, les deux bras tendus. Ce mouvement fait travailler les grands pectoraux mais aussi les deltoïdes antérieurs.

 

Quatre séries de 20 répétitions.

Repos 45 secondes entre les séries.

 

Exercice numéro 4 : les pompes

 

Vous avez certainement déjà vu des militaires qui effectuent des pompes, données soit en entraînement, soit en punition. Tout cela pour valoriser leurs muscles et donc leur condition physique. Mais détrompez-vous, les pompes ne sont pas une affaire d'hommes. Sachez que c'est un exercice très complet et que vous ne devez avoir aucun complexe à le réaliser.

 

Position de départ : En appui face au sol, les bras tendus, les mains écartées un peu plus large que les épaules, les jambes fléchies genoux au sol.

 

Exécution de l'exercice : en inspirant fléchissez les bras pour amener la poitrine près du sol, sans le toucher, et surtout en contractant les fessiers. Ensuite repousser jusqu'à l'extension complète des bras en expirant. Cet exercice sollicite les grands pectoraux, les triceps, les épaules et le dos.

Quatre séries de 8 à 15 répétitions selon vos capacités physiques. Repos 45 secondes à 1 minute. C'est un exercice de force, il vous faudra sans doute quelques séances pour parvenir à faire des séries complètes. Surtout ne vous découragez pas.

 

Petits conseils à suivre

 

Comme dans tout entraînement, I'excès est mauvais. Un entraînement intensif avec des charges importantes a pour conséquence une diminution du volume des seins au profit du développement des pectoraux.

Bon entraînement.  

Très sportivement                         

                                 Source : Plurielles

 

 


20/04/2008
3 Poster un commentaire

12.04.2008 : La Rubrique - Connaître Son Corps : 5. Ma Journée Sans Culotte

La Rubrique - Connaître Son Corps :

5. Ma Journée Sans Culotte

« Comment Alix, tu portes encore une culotte ? »

 S'esclaffe une jeune et jolie pigiste du

journal que je détesterais de toutes les

 fibres de mon être, ne serait ma nature d'ange

« Ça ne se fait plus du tout, ma pauvre chérie », me tance gentiment une chef. Je regarde les vingt femmes qui m'entourent, mon imagination yoyotant comme un disque dur affolé. Ainsi, à cette conférence de rédaction, tout le monde va cul nu ? C'est consternant, mais c'est ainsi : désormais, pour dynamiser sa libido, plus une femme dans le vent ne supporte de tissu entre ses fesses et le monde alentour. Promis, demain j'essaye.

9 h Ça tombe bien, aujourd'hui, j'ai plein air. C'est le 14 Juillet, ma belle-mère a prévu un barbecue informel avec les voisins de sa résidence à Vaucresson.

10 h Je fais un petit signe amical à mon slip " à demain, copain " et, dans ma penderie, j'avance la main vers une jupe. En même temps, si le vent se lève, c'est pas jouable, les piles des pacemakers des grands-oncles tiendront jamais.

11 h J'opte pour le pantalon. A même la... peau, c'est tellement inconfortable que c'en est douloureux. Didier – vous ai-je déjà parlé de mon époux ? – ne voit pas la différence, évidemment, mais, en moins de dix secondes, ma fille de 14 ans m'informe discrètement de l'effet " pied de chameau " de mon entrejambe (bien sûr que la formule a de quoi retourner le coeur, mais allez donc faire du Yourcenar sur le thème " 24 h sans culotte ", lectriçounettes).

12 h Tant pis, va pour la jupe, que je leste à tout hasard en pinçant dans la doublure des plombs pour nappe en forme de cerise (cadeau de mariage jamais utilisé).

13 h Chez ma belle-mère, la fête bat son plein. L'âge moyen est d'environ 87 ans, bébés de mes belles-soeurs compris. Je crains le vent mauvais, ou l'effet pervers d'un soleil à contre-jour (ah, Diana, été 1982 ! J'avais... 2 ans, je m'en souviens comme si c'était hier).

13 h 30 Ouf, il bruine.

14 h Pour vous dire la vérité, à cet instant, je ne me sens pas violemment érotisée par le contact de l'air contre mon " intimité ", on dit dans les pubs pour gel à foufoune.Je suis plutôt tendue comme un string, comme je m'en fais la plaisante réflexion, non sans nostalgie. Mon royaume pour un tanga.

15 h Ce préfet en retraite, qui tapote sans relâche la chaise à côté de lui : " Venez me faire une petite causette, ma jolie ", devient un vrai problème. C'est adorable, mais m'asseoir, c'est beaucoup trop dangereux, surtout du Skaï. Je visualise, épouvantée, un éventuel et

16 h Je suis debout depuis deux heures, dents serrées, et pas que les dents. Dans le jardin, l'assistance, stimulée par une surdose de Fernet-Branca, lance une grande chenille dans toute la résidence. " Maman ne comprendrait pas que tu ne t'y joignes pas ", dit Didier.

17 h J'en peux plus, je veux m'allonger dans l'herbe. Non, trop risqué. Pendant la chenille, les mains du préfet ont plusieurs fois ripé latéralement sur mes hanches, depuis ilne me quitte plus des yeux, rouges comme la couv' du Who's Who.

18 h Après l'apéro, comme les autres, je fais tourner les serviettes. Le préfet, lui, se contente de malaxer frénétiquement un abricot en me lançant force regards appuyés. Salaud, avec une femme handicapée, en plus.

19 h Nous prenons congé. Ouf, j'ai tenu bon, je suis sauvée ! Nous voyant sur le départ, le préfet déboule comme un fou et me fait un croche-patte avec le déambulateur de son épouse. Je tombe à terre, jupe aux oreilles. L'assistance se fige : mon pubis a deux cerises rouges au côté droit. Demain, je teste l'étranglement sur supérieur hiérarchique.

Source : Elle


12/04/2008
7 Poster un commentaire